AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CHARLIZE THERON -'Off with his head!' she said, without even looking round.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Messages : 86
LE MIROIR : mad as a hatter.
Date d'inscription : 17/06/2016
MessageSujet: CHARLIZE THERON -'Off with his head!' she said, without even looking round.    Ven 17 Juin - 13:41



Sophronia ABERNATHY

Who's been painting my roses red ?



nom : Abernathy. ▲  prénom : Sophronia ▲  âge et date de naissance : entre trente-cinq et trente-neuf ans, l'âge est dissimulé▲ statut civil : mariée au roi de cœur, un mariage sans étincelle, un contrat simple entre deux individus, elle ordonne et il obéit, vivant sans cesse dans son ombre ▲  orientation sexuelle :  l'alliance ne tient plus, elle collectionne les amants éperdus, à qui elle arrache les cœurs sans aucune pitié, certains sont prudents, d'autres maladroits et à la fin tous s'en morde les doigts. Les jolis attirent son regard, elle la reine déchue, et quelques caresses sont échangées sans oser franchir la ligne. Ce sont ses filles, ses reflets, ses poupées qu'elle aligne en quête d'une passion digne d’intérêt, qui lui fera peut-être franchir le pas (hétérosexuelle curieuse) ▲  metier : Bourreau, elle continue à régner sur le royaume que le nouveau Roi tolère, elle est gardienne de la Roseraie dont les frontières lui offrent l'illusion d'être toujours la souveraine. Elle insuffle la peur parmi ceux qui ne sont pas ses partisans, seulement ses serviteurs. ▲  Quel est ton conte ? : Souveraine des palpitants, capricieux tyran, elle régnait sur le pays des merveilles, ordonnant, exécutant sans pitié aucune, elle est la Reine de Cœur qui n'est aujourd'hui plus que l'ombre d'elle même ▲  situation familiale : Peut-être a t-elle engendré des enfants autrefois, mais désormais elle est seule, son époux n'est pas sa famille, alors il y a ces quelques filles qui la suivent, qui changent de visages au gré de ses caprices. ▲ traits de caractère : Capricieuse - Extravagante - Colérique - Sensuelle - Jalouse - Superficielle - Intelligente - Fière - Totalitaire ▲  groupe : Froid comme le marbre. ▲  crédits : Valkyries, Eden Memories (avatar)

Les points importants de l'histoire de ton scénario ici. Comme le reste de la masse, Sophronia n'a de souvenirs de sa vie passée. Il est possible qu'elle fût la femme au petit pouvoir, à qui la Reine fait écho. Arrivée au Village, elle s'est retrouvée confrontée à cette sale gamine, la fausse Reine qui la privait de son trône. Avec le Roi de Coeur retrouvé, un mariage vite expédié, elle s'est repliée vers la Roseraie, s'enfermant dans les illusions de son petit royaume.

Elle voulait reprendre le pouvoir et le chapelier, sur un coup de tête, lui a promis. Sophronia a eut une courte idylle avec celui-ci, son mari étant au courant mais n'osant rien dire (comme à son habitude). Bien entendu, il ne s'agissait que de mensonges de la part d'Ambrose qui a manipulé Alice pour récupérer le trône pour lui, ce que Sophronia a mal pris. Il a finit par la nommer responsable de la Roseraie et Bourreau, Juge, s'occupant de punir les quelques fautifs de Wonderland (ce qui est rare et la nature des fautes changent totalement étant donné le lieu et le Roi, donc Sophronia l'utilise à son avantage pour régner sans pitié sur la Roserai et décapiter les têtes des malheureux qui osent la défier, ou d'anciens amants dont elle s'est lassée). Pour cette raison, elle en est (tout au fond) reconnaissante à son ancien amant, et a accepté de le revoir de temps en temps même si leur relation est quelque peu cahoteuse. Il n'et que l'un des hommes qui partagent sa couche le soir, mais certainement celui qu'elle hait le plus.

- palpitations : Lorsque la nuit tombe, la Reine contrôle les corps et les cœurs. Elle les arrête, plongeant ses victimes dans un état de mort suspendu. Ils sont froids, pâles, dépourvus de cœurs ils doivent attendre la délivrance de la reine capricieuse. C'est le châtiment pour ceux qui la vexe, celui que l'on pourrait croire plus doux que le passage entre les mains du bourreau mais que nenni. La reine se plait à aligner les poupées creuses dans ses caves, les gardent auprès d'elle, dîne avec eux à sa table.


















Ambrose Carroll - en voici une longue histoire. Au delà même du village, même si les deux ne s'en rappellent, leurs chemins se sont croisés. Mais cela n'a plus d'importance, car maintenant seul le conte occupe la place. Le chapelier a été le défiant, qui avec sa troupe se plaisait à rire au visage de l'autorité. Une longue histoire d'embrouilles et de haine, car Ambrose, Queenie ne la jamais apprécié. Il était l'épine au pieds, l'infect fou dans ses cauchemars de roses peintes en blanches. IL lui en a joué des tours, allant jusqu'à tenter de la flatter, de la séduire par ses petits jeux. Il l'aimait bien la reine... de sa façon. Alors que l'enfant était sur le trône, il s'est amusé à chercher sa compagnie, prenant comme défi l'obtention de ce droit de passage, devant son amant à force de promesses. Puis, il devint l'usurpateur, le nouveau roi, celui qu'elle ne peut contrôle. Il lui autorisa même à garder son titre, provocation finale. Par rage, elle l'a de nombreuses fois envoyé dans l'entre deux, l'attirant la nuit pour arrêter son cœur et l'enfermer dans ses caves. Mais la reine a du se résoudre à le laisser partir. Elle est désormais son bourreau et une paix éphémère semble régner entre eux. Elle ne peut le contrôler, et étrangement accepte sa compagnie le temps de quelques nuits. Pour lui, Sophronia est le simulacre les bras vers lequel il retourne lorsque l'enfant s'écarte de lui. Il feint un amour si faux pour la ramener à lui. Elle ne l'aime pas, Sophronia, elle aime juste le pouvoir qu'il représente, et la possibilité un jour de pouvoir à nouveau se proclamer reine.

Aislinn Liddle - la pieuse enfant qui autrefois lui fit perdre son tempérament. Elle, la reine enfantine qui occupa le trône avant le chapelier . C'en était trop. Elle aurait voulu la blesser, reprendre le pouvoir et ses habituelles caprices mais ce fut lui qui s'empara de la couronne. Il le lui avait même promis une nuit, de lui remettre, un affreux mensonge que la belle aveuglée a cru, lui ouvrant son lit. Maintenant, leur idylle décadente lui pique les rétines alors que les chaînes qui les unit sont enviés en secret par la reine de la Roseraie. L'histoire des roses lui reste encore en travers de la gorge, et les quelques moments passés avec le chapelier sont une douce vengeance lorsqu'elle peut jeter ce partage inconvenant du nouveau Roi à la figure.  Sophronia la hait Alice, tout simplement, pourtant il y a aussi cet étrange lien, cet amour presque seren dans les tourments de la maîtresse des Cœurs, elle qui se plait à se trouver des filles, la voici face à un autre de ses reflets.




Il était grilheure ; les slictueux toves sur l’alloinde gyraient et vriblaient. Tout flivoreux étaient les borogoves. Les vergons fourgus bourniflaient Prends garde au Jabberwock, mon fils ! A sa gueule qui mord, à ses griffes qui happent ! — Lewis Carroll.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CHARLIZE THERON -'Off with his head!' she said, without even looking round.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Box Head
» Pyramid-Head , pandawa terre 123, pouchecot \o/
» La chambre à coucher d'Eva (Essential Red head)
» Disclosure - What's in your head
» Head-light, le nouveau promoteur immobilier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Comptines Assassines :: Des personnages :: Les pantoufles de vairs :: Les statues figées-
Sauter vers: