AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 madness.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Messages : 56
LE MIROIR :
Date d'inscription : 05/06/2016
MessageSujet: madness.   Dim 5 Juin - 12:28



ABEL JÄGER

“All things truly wicked start from innocence.”



nom : Jäger, l'ombre qui vous suit. Le nom fielleux d'un clan bédouin. Porté avec honneur et honorablement défendu lorsque les langues deviennent acerbes, sales, lorsque les mots dépassent les limites du respect alors, quiconque te cherche est passé au fil de ta lame.  ▲  prénom : Abel, quatre lettres qui glissent sur la langue à la manière d'un bonbon sucré au cœur acidulé, une fois consommé, il laisse un goût amer. Abel, on le dit de celui qui se prosterne devant Dieu, tu y vois là un certain comique puisque tu n'as d'allégeance qu'envers toi-même, la plupart du temps, en tout cas. Bien que tu saches saisir les opportunités.  ▲  âge et date de naissance : Né au milieu des étendues arides, sous la veille de l'astre nocturne et des myriades d'étoiles, l'on dit que tu es âgé de vingt-sept ans, les avis divergent. Vingt-sept, vingt-huit, vingt-neuf ce ne sont que des nombres finalement. ▲  ton conte : Hansel, le sale gamin aussi malin que débraillé, le petit monstre amouraché de sa moitié.  ▲ statut civil : Éprit. Ce ne sont pas de simples papiers qui te lient à la belle dulcinée ; ni une banale attirance physique aussi désuète que fugace. Non. Toi, tu enfreins l'interdit aux yeux du monde, tu as rendu ce qui est laid d'une beauté déconcertante et pure. Que les gens hurlent inceste, toi, tu cries amour. Tu l'aimes ; d'une manière inconditionnelle et incontrôlable. Toutes les insanités, tu peux les perpétrer. Pour elle, et avec elle. ▲  orientation sexuelle : Venus adorées aux formes séductrices. Tu t'es toujours laissé aller à leurs doux mots susurrés. Peu t'importe la manière dont l'acte se déroule ; tu le fais sans réfléchir, tu t'y acoquines, t'y enivre. Lisse sous toute couture, tu aimes la brutalité de l'une, la faiblesse de l'autre, et dessine à la mine de plomb leurs coutures imparfaites. ▲  métier : Aucun. Tu aguiches la population. Tu leur vends du rêve, d'éternelles promesses. Tu es le 'gentil' petit Hansel ; tu offres même ta propre sœur pour un lit douillet et un repas bien chaud. Comment refuser le logis à de si beaux enfants ? Crédules sont les gens, il ouvre leur porte à des monstres. Gueules empoisonnées par le mensonge, mains salit par le sang et les tripes. Vous n'êtes pas démuni, vous jouez. Tu n'es pas partageur, propriétaire de ta sœur. Et tu es loin d'être gentil ; après qu'on t'ait nourri, la chair fraîche devient pourrit. Les gens disparaissent quand les jumeaux apparaisse. ▲  Quel est ton conte ? : Hansel et Gretel des frères Grimm. ▲  situation familiale : Rejetons reniés, abandonnés. Parricide et matricide pour les condamnés. Tu n'as que Gretel pour toujours, à jamais. Il n'y a qu'elle. C'est ton monde, ton pilier. C'est une sœur aimante, une complice sanguinaire, et une amante enflammée. Tu ne respires que pour elle, tu n'as d'yeux que pour la contempler.▲ traits de caractère : Observateur, sociopathe, séducteur, franc, caractériel, téméraire, violent, amoureux (obsessionnel), joueur, froid, impulsif, incestueux, manipulateur, imprévisible, égoïste, taquin, sanguinaire, antipathique. ▲  groupe : Tendre comme le souvenir. ▲  crédits : tumblr (images) ; merenwen & miss.v (avatars).

comment se manifeste le pouvoir de la lune sur ton personnage ? Les différentes personnalités s'entrechoquent, brouillent l'esprit et la vue. Jäger n'est plus tout seul à la lueur de la belle Séléné. Il est suivi contre son grès par l'enfant, le pleurnicheur qui n'a rien dans le pantalon. Il est accompagné de cette chose à son effigie, celui-là même qui a tué le paternel, et sa dinde. Et à sa gauche, il y a 'ça'. Toujours le même visage, le plus noir, le plus imprévisible ; si ce n'est le plus dangereux. Celui qui veut fouiller l'intérieur des corps par curiosité, celui qui sourit pour un peu d'hospitalité … Celui qui a mangé la sorcière.

Des manies, des obsessions, des habitudes... Pour qu'on puisse le connaitre un peu plus ton personnage ! (sens du détail) Plus que ton sens de l’observation, tu as un sens critique très aiguisé. Tu remarques les détails, surtout ceux qui te déplaisent et tu aimes en faire tout un drame. ▲ (monstre) Des hurlements. Des cris. La souffrance à l'état brute atteint tes oreilles pour faire vibrer la moindre parcelle de ton âme. Et cette « musique », tu en es tombé amoureux dès les premières notes. Le mécanisme s'est mis en marche, à la vue des larmes de cette mère indigne, et tu ne pus réprimer un sourire. C'était trop dur de résister. Le 'poison' s'est répandu dans tes veines, noircissant la moindre de tes cellules. Le monstre s'est éveillé. ▲ (vices) Capricieux est le démon. À l'instar d'une bête, il était motivé par ses instincts les plus primaires, les plus bruts. Des instincts interdits par le roi des cieux, prohibé dans la bible. Les sept pêchés capitaux. L’orgueil brille dans ton regard, gonfle ton ego. L'avarice fait de toi un escroc exemplaire, enclin à vouloir toujours plus. L'envie t'a poussé à devenir pécheur. La colère t'a fait tuer tes pairs n'apportant que le chaos et la destruction. La luxure t'a emprisonné dans une prison de chaire. La paresse t'a chassé du paradis. Et la gourmandise à devenir un dévoreur d'âme. Sculptés avec les traits, les plus impurs qui faisaient défaut au plus pieu des hommes, tu as pourtant Gretel à côté de toi. Elle ne te ressemblait en rien. Blanche comme la colombe, et douce comme la fleur. Si pure. Si innocente. Elle en était si belle que tu juras qu'un jour, tu lui volerais son âme. Et d'un baiser, cette promesse jadis faite se mua en pacte immuable. Tu lui as pourtant volé bien des choses à cette enfant. Tu lui avais volé son innocence en la forçant à faire des choses si viles et malsaines que Dieu lui-même ne pouvait rien faire. Tu lui as volé sa virginité pour lui apprendre à qui elle appartenait. Tu lui as volé plusieurs années de sa vie en la forçant à t'accompagner. Et tu lui as volé sa liberté. Alors pourquoi ? Pourquoi t'a-t-elle autorisé à lui prendre un baiser ? Parce que … L'amour est inconditionnel et destructeur. ▲ (nuancé) Pourquoi faudrait-il toujours que le monde se divise perpétuellement en deux ? Mettre les gens dans une case pour définir ce qu'ils sont ? Noir ou Blanc ? Méchant ou gentil ? Ne peut-on pas être simplement un nuancé de gris ? Tu ne t'es jamais encombré à entrer dans un moule, t'évertuant à être toi-même, tu te plais à croire que tu es unique. Tu n'as jamais fait preuve d'une quelconque bravoure héroïque, n'as jamais eu l'étoffe d'un bon samaritain non plus. Cela fait-il pourtant de toi un psychopathe bon à être enfermé ? Tu ne te sens ni bon, ni méchant. Tu n'as pas trouvé un juste-milieu non plus. Tu es juste de ceux qui n'étiquettent pas les gens, de ceux qui croient au gris. Après tout, être bon ou gentil ne dépend au final que de l'endroit où on se trouve. À gauche ou à droite de la barrière ?












ton pouvoir quel est-il, raconte nous en quelques lignes en quoi ton personnage est lié à la magie. Fils du soleil, Abel a vu le jour un solstice d'été. Pourtant, l'étoile l'a oublié et c'est avec le cœur glacé qu'il a vu le jour. Il contrôle ; façonne et maîtrise la glace.














Ici c'est la partie hors rp, on aimerait plus en savoir sur toi, ce que tu aimes, d'où tu viens... Comment tu as connu le forum et ta fréquence de connexion aussi. Qui veut bien recueillir deux enfants en détresse ?   On se fait tout petits, on ne prend pas beaucoup de place et on mange peu   Une âme charitable s'il vous plaît ?    









Darkly Dreaming
Weren't we all crazy in our sleep? What was sleep, after all, but the process by which we dumped our insanity into a dark subconscious pit and came out on the other side ready to eat cereal instead of our neighbor's children ?


Dernière édition par Abel Jäger le Jeu 16 Juin - 21:41, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 56
LE MIROIR :
Date d'inscription : 05/06/2016
MessageSujet: Re: madness.   Dim 5 Juin - 12:30



devil twins

“It is sometimes an appropriate response to reality to go insane.”



Introduction ; le début de la fin.
En lisant ce qui suit, oubliez donc les contes de fées car la vérité est toujours plus cruelle. Dans un monde où le mal triomphe parfois, voici une histoire qui reflète le monde réel. Revenons quelques années en arrière dans un petit patelin proche du village ; à la lisière d'une réserve naturelle. Là, au beau milieu d'une ruelle gisait une maison. Elle n'était en rien particulière, mais comparée à ses voisines, elle était unique. Faite uniquement de bois, la maison était plus proche du taudis que de la belle villa, menaçant en tout temps de s'effondrer sous de brusques rafales automnale. Oui, la pauvreté avait frappé la maisonnette, et l'infortune pullula entres ses quatre murs.Le père, bûcheron jusqu'à la moelle avait de moins en moins de travail, au point, de laisser par mégarde la famine, sœur de la mort, entrer dans son logis. Malheur ! Lui qui avait trois bouches à nourrir. Sa deuxième femme, sa douce et ses deux enfants d'un premier mariage. Des jumeaux. Aux pieds du mur qu'allait-il donc pouvoir faire ? Comment se sortir de la misère ? Aucun espoir, aucun rêve. Les gens dépourvu de fortune crevaient dans les mêmes conditions que la première fois où ils voyaient le jour. Cruelle réalité malheureusement. Aucun dessein joyeux et blanc pour les pauvres, mais encore plus vrai pour les enfants. La faim grondant, les assiettes restaient toujours aussi vide malgré les efforts accomplit par le travailleur acharné, mais soudain une lueur d'espoir suinta dans son regard. « La faucheuse nous guette vicieusement, prête à venir nous chercher. Débarrassons-nous de tes enfants qui ne sont que des bouches à nourrir en plus. Perds les dans la forêt, mon amour. » Paroles du serpent. Vieille grue ! Âme faible qu'était le père, il se résolu à écouté son épouse n'ayant d'autre choix si ce n'est de voir la mort arrivée. Heureusement, Morphée les laissant à l'abandon, les petits avaient l'oreille aiguisée. Malins, ils se munirent de cailloux blancs, et le jour venu, ils déjouèrent le plan machiavélique de la sorcière. Sorcière qui en resta stupéfaite d'ailleurs en les voyant revenir tard dans la soirée, tant, que sa malveillance grandit un peu plus à l'égard des petits. En effet, elle n'avait jamais aimé les enfants de son mari, plus particulièrement le garçon, pour qui elle entretenait une animosité sans fin, et dont elle avait peur. Outre le fait qu'ils ne soient liés par le sang, elle avait toujours ressentit en lui quelque chose de dérangeant. En particulier vis-à- vis de sa jumelle. Relation frôlant l'interdit et l'indécent, Abel n’avait besoin que de sa cadette. Plus qu’une simple sœur, elle était véritablement sa moitié, l’oxygène qui lui permettait encore de tenir sur ses jambes si maigres. Nés au même moment, partageant le même ventre, ils étaient indissociables ne faisant qu’un seul et même être. Un tout, un duo liait par le sang que rien ne pouvait séparer. Mais la vieille marâtre avait soulevé d'autres détails. Des détails alarmants ...

Chapitre I ; Reine Conscience et Dame Folie.
C’est l’histoire de deux bêtes. Deux bêtes dans une cage trop étroite dont elles rêvaient de scier les barreaux. Chacune dans son coin, les créatures se mirent à aiguiser leurs canines pour pouvoir échapper à ce clapier. Toutes deux y parvinrent. Mais il semblait à la première bête que cette liberté tant attendue était bien trop précieuse pour la partager avec la seconde bête. Alors, au lieu de marcher côte à côte, la première bête proposa à la seconde de marcher derrière elle, dans son ombre. Ainsi prostrée, elle serait assurée de pouvoir cheminer en ce monde sous la protection de la première bête. Le problème, voyez-vous, c’est que ces deux créatures étaient de la même race, pire encore, les mêmes motivations coulaient dans leurs veines. Unies par des idéaux identiques, mais aussi par cette soif féroce de liberté, il semblait impossible que l’une ou l’autre cède sa place. C’est donc naturellement que la seconde bête refusa le marché. « Nous pouvons très bien avancer ensemble, proposa-t-elle, le monde est assez vaste pour nous deux. » Mais la première créature ne l’entendait pas ainsi. Dévorée par un égocentrisme absolu, elle profita de cette utopique clémence pour planter ses canines – si affûtées – dans la gorge de la seconde bête. Ainsi à terre, gisant dans son impair, la créature vit son alter-égo s’éloigner dans l’horizon. Cet horizon dans lequel elle n’aurait dorénavant plus le droit de mettre les pattes. « Je reviendrai, murmura-t-elle, scellant de ce fait, une promesse sanglante, et ton monde, je le dévasterai ! » Ceci, mes chers amis, ceci fut hurlé aux quatre vents.

Chapitre II ; And in her smile I see something more beautiful than the stars.
Ce qu'elle était belle, là, allongée dans la neige. Tes yeux pâles la contemplaient, désireux peut-être d'y dénicher son âme. Tu aurais pu la regarder ainsi toute la nuit durant. Malgré le froid, malgré la neige, tu aurais pu rester là, si c'était avec elle. Elle te fascinait. Douce moitié. Âme jumelle. « Alors ? Comment suis-je ? » Sa voix brisa ce silence si caractéristique du village, et tu fronças les sourcils, regardant ce visage tant similaire au tien. « Les morts ne parlent pas sœurette. » Jeu enfantin, jeu morbide ; qui prit fin malheureusement lorsque vos rires chantèrent à l'unisson. Alors t'allongeant à côté d'elle, ayant cette épaisse couche de neige comme simple lit, tu regardas les étoiles, unissant ta main avec la sienne. « Dis-moi mon frère, est-ce que tu m'aimes ? » Esquissant un sourire ironique, tu constatas comme chaque jour que sa mesquinerie n'avait aucune limite. Cette question, elle te la posait souvent. Trop souvent. Comme pour se rassurer. Sauf qu'elle ne cherchait nullement à être apaisée, elle voulait juste s'assurer que rien n'avait changé depuis la veille, depuis l'avant-veille, et de l'avant-avant veille encore. Au bout de dix ans n'avait-elle toujours pas compris pour que tu sois obligé chaque jour de lui montrer amour et dévotion ? Bien sûr qu'elle l'avait compris, tu l'aurais eut sur le dos sinon. Non. La capricieuse enfant aimait juste constater que tu étais toujours son fervent chevalier. Quoi qu'il arrive, quoi qu'il en coûte. Et elle avait raison. Tu l'aimais plus que tu n'aimais tes propres parents. Tu lui vouais un culte comme elle pouvait t'aduler. Et tu savais malgré ton âge, qu'un jour, tu embraserais le ciel et la terre de ta glace pour elle. L'amour n'était pas terrifiant, il était destructeur. « Réponds. » Ordonna-t-elle avec toute l’autorité d'une reine qu'elle n'était pas encore malheureusement. Et tu te redressas alors, t'allongeant de tout ton poids sur elle. Le bleu pur de vos yeux s'accrocha, l'un à l'autre, et au lieu d'user de tes lèvres pour prononcer un « oui » franc, elles emprisonnèrent les siennes dans un baiser innocent. « Un jour s'il le faut, je gèlerai les mers, la terre, les gens, et même le temps pour toi. » Promesse d'un enfant. Aussi innocentes que véridiques.

Chapitre III ; I see a darkness in you. And in that darkness, eyes staring back at me. Brown eyes, blue eyes, green eyes. Eyes you'll shut forever.
« Il n'y a rien de bon chez toi ... » Ta camarade de jeu avait raison, et tu le savais. Tu ne te rappelais plus comment, ni pourquoi malheureusement, mais tu t'en souvenais par contre. Tu te souviens de cette plaisante effluve caressant subtilement ta peau, parcourant doucement tes bras pour se loger à ton cou, et terminer ensuite sa danse au sein de ton âme. Tu ne lui as jamais donné de nom à cette mystérieuse émanation, pourtant tout le monde la connaît : le mal. S'enracinant irréversiblement à l'intérieur de ton être, tu l'as sentis grandir, grandir ! De manière contradictoire, tu as toujours aimé cette sensation. Tu flirtes dangereusement avec elle. Elle te fait vibrer comme jamais. Te fais sentir vivant, et par-dessus tout puissant. Pourtant, les murmures d'une naissante conscience te viennent à l'oreille par moment. 'Ce n'est pas bien de faire ça.' 'Tu perdras ton âme'. Et là, tu te sens tirailler face à ce dilemme. Que faire ? Obéir à tes noirs desseins, et écouter les 'voix', ou te fier à ces chuchotements fugaces ? Cette question, tu aurais dû te la poser bien avant ; bien avant d'avoir poussé ta camarade, et qu'elle finisse là inerte aux pieds des grands escaliers de glace. « Et c'est quoi être 'bon' ? » Tu ne le savais pas. Les 'voix' ne te l'avaient jamais appris. Par contre, elles t'avaient inculqué ceci : 'ton sang est ta loi'. Et tu l'avais voulu son livre à cette petite fille. Pourquoi avait-elle refusé de te le donner ? Cela t'aurait évité d'être gêné  … Oui, car jamais il ne t'es venu à l'esprit d'être désolé pour cette gamine. Jamais. Ce n'était pas de ta faute. Tu n'étais pas fou … Ou peut-être bien que si. Ce qui était sûr néanmoins, c'est que tu étais le fruit d'un endoctrinement imprévisible et incontrôlable. Le fruit d'une folie sans limite, ni pareille. « Pourquoi ne m'as-tu pas laissé faire ? » Tinta sa voix derrière toi.



Darkly Dreaming
Weren't we all crazy in our sleep? What was sleep, after all, but the process by which we dumped our insanity into a dark subconscious pit and came out on the other side ready to eat cereal instead of our neighbor's children ?


Dernière édition par Abel Jäger le Lun 6 Juin - 9:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 155
LE MIROIR :
Date d'inscription : 01/06/2016
MessageSujet: Re: madness.   Dim 5 Juin - 14:33

A chaque fois je me fais piéger quand je lis ton histoire, c'est magnifique, j'adore ! Il a pas l'air commode Abel Et ce pseudo ! bhjerhjk je veux la suite, je réclame encore des choses à se mettre sous la dent
Bienvenue chez toi


dear delights

She loved the moors. Flowers brighter than the rose bloomed in the blackest of the heath for her; out of a sullen hollow in a livid hillside her mind could make an Eden.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 56
LE MIROIR :
Date d'inscription : 05/06/2016
MessageSujet: Re: madness.   Dim 5 Juin - 20:29

Mais non Abel est tout mignon
Je suis contente si ça plaît Comme toujours je suis une insatisfaite de la vie u es trop belle sous cette peau et j'adore Alice c'est mon conte préféré après Hansel et Gretel !
Je termine tout ça rapidement !
Et je veux un lien, je l'exige


Darkly Dreaming
Weren't we all crazy in our sleep? What was sleep, after all, but the process by which we dumped our insanity into a dark subconscious pit and came out on the other side ready to eat cereal instead of our neighbor's children ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: madness.   Dim 5 Juin - 20:30

je me suis aussi fait piéger par l'histoire namého. du coup maintenant je veux la suite. (après je ne te parle pas de tes choix de pseudo et avatar qui sont... parfaits )
bienvenue parmi nous & si tu as la moindre question il ne faut pas hésiter.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Messages : 189
LE MIROIR :
Date d'inscription : 30/05/2016
MessageSujet: Re: madness.   Mar 7 Juin - 18:46

Citation :
Plus que ton sens de l’observation, tu as un sens critique très aiguisé. Tu remarques les détails, surtout ceux qui te déplaisent et tu aimes en faire tout un drame.
Si tu savais comme j'ai hâte de rp avec toi maintenant, et de découvrir ses autres manies non mais... ce personnage parfait je garde la suite pour la validation


♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️ ♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Car ces jeunes beautés sont l'incarnation même des nymphes de Jadis, des authentiques divinités sylvestres et champêtres du printemps nouveau, qu'hélas les phtisiques préraphaélites ont par trop désincarnées, ailées, éthérées jusqu'à l'abstraction..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 53
LE MIROIR :
Date d'inscription : 11/05/2016
MessageSujet: Re: madness.   Ven 10 Juin - 9:40

HANSEL
ce conte, vaguement, légèrement glauque
bon, vous l'avez mangé la sorcière ? c'est pas le tout de la faire griller sur le barbec'



You’re going to a very dangerous place, so be careful. The thing that slumbers there, it’s not human. You will see a sumptuous banquet, but don’t eat or drink anything. Your life depends on it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: madness.   Jeu 16 Juin - 6:58

Et Gretel ce sera qui? *-* suis conquise !!

Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Messages : 56
LE MIROIR :
Date d'inscription : 05/06/2016
MessageSujet: Re: madness.   Jeu 16 Juin - 21:42

Tant de compliments ! Merci ! Je suis ravie que ça plaise autant.


Darkly Dreaming
Weren't we all crazy in our sleep? What was sleep, after all, but the process by which we dumped our insanity into a dark subconscious pit and came out on the other side ready to eat cereal instead of our neighbor's children ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 130
LE MIROIR : ka xlia ma pe tute
Date d'inscription : 10/06/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: madness.   Jeu 16 Juin - 22:12

mais bordel ce personnage est magique



dors, dors, le mal est passé
'tis not dead what eternal lies, and in strange aeons even death may die (lovecraft, soundtrack) ; ©️alas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 189
LE MIROIR :
Date d'inscription : 30/05/2016
MessageSujet: Re: madness.   Ven 17 Juin - 0:02



Validé tu es

Bienvenue à la maison



Ok t'es beau, je suis amoureuse voilà ! Nah mais... c'est fascinant toute cette noirceur qui suinte des pores de tes phrases, c'est beau, c'est envoutant même. Un pur sadique ton Abel, il... j'ai pas de mot, en plus il est tard J'ai dégusté ta fiche, j'avais déjà lu certaines parties et je les ai relues du coup mais... il nous faut absolument un lien et un rp .

On va dire que le gif est totalement en relation hein Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes de Florence, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pense à faire un détour par la LE REGISTRE DES PERSONNAGES. Tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres florentins. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️ ♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Car ces jeunes beautés sont l'incarnation même des nymphes de Jadis, des authentiques divinités sylvestres et champêtres du printemps nouveau, qu'hélas les phtisiques préraphaélites ont par trop désincarnées, ailées, éthérées jusqu'à l'abstraction..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: madness.   

Revenir en haut Aller en bas
 
madness.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [WhB] [93] 2*1300 - 29-30/10/2011 - October Madness III
» [PLATE-FORME] Alice madness returns
» [Joueur de Flûte] Sourire tel un Chat du Cheshire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Comptines Assassines :: Des personnages :: Les princes et les princesses :: Ils vécurent heureux-
Sauter vers: