AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 par le septième ciel ― (ange & nephtys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Messages : 130
LE MIROIR : ka xlia ma pe tute
Date d'inscription : 10/06/2016
Age : 21
MessageSujet: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Lun 20 Juin - 23:17



"J'te jure, le gars m'a prise pour une pute et j'l'ai laissé vivre," tu grondas en jetant un oeil dans le four.

C'était pas ton four, ni ta maison, ni même tes foutus ingrédients et ça rajoutait un peu plus d'excitation à l'expérience. Tu savais pas trop qui était le propriétaire des lieux ― un appartement posé entre deux bâtiments, ridiculement large de trois mètre et penchant vers l'avant. Le gars avait dû froisser la Reine et s'être fait emprisonner, décapiter, voire d'autres variations sur un même thème. C'était pourquoi t'avais eu l'impression de trouver le gros lot, du moins le temps que quelqu'un revienne réclamer les lieux. Pour le moment, c'était juste agréable de pas être obligée de coucher pour trouver un endroit où dormir, parce que ça commençait à devenir routinier.

"Ça a l'air prêt," tu te délectas d'avance.

T'avais invité Ange à venir passer un peu de temps dans ton nid temporaire, parce que c'est ce que les gens font et que t'avais personne d'autre que t'avais envie d'inviter, vraiment. Comme pendaison de crémaillère pour un séjour comparable à un passage à l'auberge, ça rendait bien.

Tu attrapas un linge et ressortis les petits gâteaux à l'odeur délicieusement sucrée. Ils étaient pas ratés du tout, la pâte de Slow que t'avais étalée sur le dessus donnait même une impression de glaçage. D'un geste et sourire, t'invitas Ange à se servir de suite, parce que fallait pas déconner non plus en mettant la table et agissant comme des adultes responsables.

"Souffle dessus et fais un vœu si c'est trop chaud," tu conseillas en riant.

Une bouchée et dans quelques minutes, l'effet se ferait ressentir ; quinze heures solides où le monde irait au ralenti, où le temps donnerait l'impression d'être enfin un allié. La hâte grondait en ton ventre, la Slow étant quelque chose de nouveau (qui t'avais rien coûté, tu l'avais piqué au dealer sur la route des Cartes), et c'était rassurant de la prendre avec Ange sous les rayons d'après-midi qui perçait par les fenêtres ouvertes.

"Faut que j'te dise un truc," tu lui soufflas, comme si les murs avaient des oreilles (c'était le cas dans la boutique du bas de la rue, avec de véritables appendices un peu partout).

Ça te rendait mal à l'aise à exprimer, mais avec le high qui s'en venait, valait mieux t'ôter ça de la tête maintenant sans quoi tu risquais de passer une mauvaise soirée.

"J'pense que j'suis suivie."



dors, dors, le mal est passé
'tis not dead what eternal lies, and in strange aeons even death may die (lovecraft, soundtrack) ; ©️alas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 185
Date d'inscription : 12/06/2016
MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Mer 22 Juin - 2:09

par le septième ciel
La fatigue, la fin, les maux de tête, les souvenirs. C’est courant, t’as beau essayer de tout effacé c’est ancré dans ta peau, graver au marqueur sur tes os. C’est la douleur qui parcourt l’échine comme un mal qui ronge l’être, la chaleur d’un autre corps qui disparaît au fil des heures, des minutes, des secondes. C’est un sérum guérisseur qui finit par tuer son hôte. Ton âme est gravée au couteau, t’as le malheur imprimé sur la face, et toi, tu t’en rends presque pas compte, t’oublie la douleur comme tu pourrais oublier de fermer une fenêtre. C’est comme ça, les anges n’ont pas les pieds sur terre. L’odeur de pâtisserie, sucrerie parsemée de drogue, c’est comme ça, divers moyens d’oublié une réalité qui fait mal et qui manque de faire saigner le cœur. Nephtys parle, Princesse des rues, rebelle dans l’âme, beauté qui fait mal. Nephtys c’est la reine des épines, des ronces, elle parle et des rosiers semblent s'échapper de son gosier avec des pointes affûtées comme des épées. Nephtys la belle, Nephtys l’orageuse, Nephtys la guerrière, l’enfant perdue aux mille visages, amantes d’un soir pour certain, amour d’une vie cachée pour d’autres. Delirium du Wonderland, quartier aux milles allées et aux mille couleurs. Le roi s’amusait à écouter ta douce voix, monnaie étant une drogue plus pure que le cristal, taverne des fous, repères des perdus et des poètes, la folie règne en maître. Délicatesse maladive d’une enfant impulsive, la beauté dans les gestes, dans ce qu’elle porte, ça semble normal, c’est même logique, garçon manqué et dépravé au pays des rois. « T’aurais dû lui cramer la moitié du visage. » Enfant sauvage qui arrache ces mots à ces lèvres d’enfants, innocence envolée et pourtant emprisonné s sous des yeux bleus glacés. Petite allumette qui tend le plat à s’en cramer les doigts, les doigts d’enfant qui se glissent et qui attrape une bouchée sucrée aux effets pour l’instant indéfinis mais tellement relaxant, bonheur pour les pupilles qui s’agrandissent mortellement. Invité par la pyromane tu ne t’es pas fait prier, piaule d’un jour comme d’habitude, les têtes tombent et les lits restent, ça semble évident prononcé comme ça, les gens désertent, un jour par ici un jour par là. Fête pour un renouveau qui ne durera qu’un temps, tu le sais, elle le sait, même les étoiles semblent le savoir, mais elles, elles savent tout. Un sourire plein de dents et tu souffles sur le gâteau à peine sorti du four entre tes doigts trop fins et fragiles. « Je peux faire le vœu qu’il refroidisse où c’est trop nul ? » Un rire et une partie du gâteau avalée, la nourriture n’attend pas, jamais. « Dis-moi tout, je t’écoutes. » Presque murmure pour qu’elle lâche son secret, pas le plus infâme, mais celui qui te fais froncer les sourcils et tendre tes épaules. « Tu penses ou t’es sûre ? » Tu serais prêt à l’attraper par la main et vous faire partir d’ici au plus vite, loin, dans la forêt, peut-être encore plus loin que ça. « De toute façon tu sais te défendre, puis si t’as besoin j'suis là. » Gamin trop sûr de lui, trop faible et pâle, juste celui qui encaisse et qui a la tête claquée au sol. « T’as un vrai talent de cuisinière j'serais presque jaloux. » Lumière au fond des yeux ébahis, l’effet doux de la drogue commence à se faire ressentir, flux de bien-être dans le corps.
(c) AMIANTE



-Tu seras une galaxie, t'es déjà mon univers. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 130
LE MIROIR : ka xlia ma pe tute
Date d'inscription : 10/06/2016
Age : 21
MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Jeu 23 Juin - 6:26


Quelque chose se planta dans ta poitrine. Une épine, un morceau de verre, une poigne de fer. Une douce-amère sensation de plaisir coupable et sa compagne la tragédie. Ses yeux, tu restais fixée sur ses yeux, ils te chuchotaient des secrets de sécurité et de protection. Des prunelles bleues toutes pâles, loin d'être cruelles comme l'acier qui te couronnaient le visage. Une sorte d'innocence enfantine, étrange pour ta vision endurcie par le sang et la rouille. Boule dans ta gorge, étranglement subtil de voeux enfouis et cachés même pour celle qui les murmuraient dans son sommeil. Ta première réaction fut mais qu'est-ce qu'il veut, au fond. Et puis, à mesure que tu regardais son air innocent, phénomène assez absurde selon ta perception pour appartenir en effet aux ruelles du Wonderland... tu réalisas qu'il était sincère. Ou du moins, qu'il le croyait.

Et ça te fit quelque chose, quand même.

Parce que tu le savais, tu pouvais te défendre contre tout ce qui se présentait à toi. T'avais la rage de survivre, t'avais un monstre au fond de ton être qui se libérait tout le temps pour te permettre de t'en tirer, peu importe si tu le voulais ou non. Pourquoi j'ai survécu ? Tu te la posais tous les jours, cette question, mais elle resterait imprégnée dans ton être. T'étais une guerrière, tu pouvais soulever les montagnes.

Sauf que pour la première fois, quelqu'un voulait t'aider.

Oui. Ça sonnait vraiment comme une première fois.

Sourire énigmatique.

T'allais pas te mettre à chialer aussi facilement. Et puis toi aussi, tu commençais à te faire rentrer dans la gueule par la drogue, ça te frappa d'un coup. Tu passas une main ivre d'arabesques fantaisistes devant tes yeux qui, incapables de donner leur focus, flouaient les mouvements ralentis par la Slow. Tu faillis te laisser emporter par la distraction, mais t'étais partie dans une idée. Fallait juste la retrouver, ce qui fut un peu ardu avec ton cerveau qui se mit à baigner dans un océan de miel.

Putain. Elle a dû être altérée magiquement, celle-là, le high vient vite et fort.

T'hésitas un instant, puis répondit en riant (pour cacher d'éventuelles larmes fugueuses qui auraient humidifié tes yeux).

"Je pense."

Instant de réflexion.

"Des hommes en noir," tu continuas, de plus en plus hilare. "Des capuchons et des épées. Ils ont l'air de rôder partout où je traîne d'habitude et ils se parlent entre eux quand ils me voient. Je crois."

Tout à coup, ce qui sonnait d'ordinaire bien sinistre te semblait si absurde, voire très drôle. Tu te levas rapidement (pendant ce qui semblait une minute) pour attraper maladroitement les mains d'Ange. Les mains d'ange d'Ange. Haha. Une douce musique sonnait à tes oreilles, musique que seule toi pouvait entendre. Elle te donnait envie de danser.

Alors tu fis se lever ton ami. Un sourire béat, une fête imaginaire, un rire au ralenti. Puis tu perdis l'équilibre, t'étalas de tout ton long sur le fauteuil.

"Peut-être juste qu'ils me trouvent trop belle et qu'ils sont pas capable de résister," t'émis comme idée parfaitement logique à l'instant. "Ou qu'ils veulent m'assassiner."

T'avais dit ça sur le ton de la blague, peu importe la portée inquiétante de ces propos.

HRP:
 



dors, dors, le mal est passé
'tis not dead what eternal lies, and in strange aeons even death may die (lovecraft, soundtrack) ; ©️alas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 185
Date d'inscription : 12/06/2016
MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Mar 5 Juil - 16:37

par le septième ciel
Il y a quelque chose de beau dans la drogue, l’attrait compliqué que tu as avec elle, les griffures d’aiguilles dans le creux de ton bras, la cigarette entre tes lèvres et parfois entre celles de Nephtys. C’est un oubli, un passage vers une autre réalité, là-bas rien n’est réel, il n’y a plus rien, plus de douleur, plus de soucis, tout s’envole, on peut tout changer. C’est comme ça, la poésie n’a pas sa place dans cette vie-là, celle sans rien, avec le sang qui forme des desseins dans l’herbe, comme les cris des enfants, les cris heureux des gosses. Ici, y a que vous, vos pensées, vos rires, y ont rien de plus, y a vos âmes et c’est déjà bien assez. Il y a la peau opaline de Nephtys que tu as presque envie de toucher, tu te retiens, les conneries comme ça faut pas les faire, au mieux tu te crameras encore les ailes, au pire tu crèveras dans d'atroce souffrance, pourtant dans ta tête à ce moment-là ya comme un pari qui se joue, un pauvre " et si ?" il ne faut pas mentir, c'est toujours comme ça. La drogue dans les veines, la couleur dans les yeux, le flou dans la tête. « Les hommes en noir ce sont les pires. » Un rire, pas sérieux, de toute façon rien n'est sérieux en toi, jeune homme au visage trop doux, c'est ainsi tu seras jamais vu autrement que comme une poupée de cire prête à sa brisée sous les coups.  Dans les yeux de Nephtys y à la vérité même si l'hilarité est dans sa voix, même ton cerveau compliqué le comprend. Des hommes en noir, des murmures, ça ne te dit rien, peut-être que t’es juste idiot ou que tu fais pas assez attention, mais tu te méfieras quand tu seras plus près d’elle maintenant. « Faudrait peut-être que tu changes d’endroits ? » Encore un rire dans ta voix de gosse, ce n'est pas sérieux tout ça, ça ne sera jamais sérieux entre vous de toute façon. « Tu cherches tellement la merde tout le temps que ça serait sans doute pour te tuer. » C’est léger, le rire, tu le penses un peu quand même, c’est plus facile à dire sur un ton doux que sur un ton de dépressif et la drogue ne sont pas la plus calmante au monde pour ce genre de truc. Nephtys sur le canapé et toi au-dessus d’elle, ça aurait pu être gênant dans une autre occasion mais maintenant ça ne l’est pas, c’est même drôle et en te rendant compte de la situation tu ris, comme si te n'avait rien à perdre dans ce monde, puis, non, t’a vraiment rien à perdre. « Tu veux déjà me sauter dessus ?  » Sourire en coin et dos qui se redresse un peu, t’essayent de te faire grand, ce n'est pas si facile.
(c) AMIANTE



-Tu seras une galaxie, t'es déjà mon univers. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 130
LE MIROIR : ka xlia ma pe tute
Date d'inscription : 10/06/2016
Age : 21
MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Jeu 7 Juil - 6:55

PAR LE SEPTIÈME CIEL

♅ ♃ ♄ ♆ ♇ ☿


"Faudrait peut-être que tu changes d’endroit ?," qu'il proposa, avant de rire à son tour. "Tu cherches tellement la merde tout le temps que ça serait sans doute pour te tuer."

Tu souris, parce que ça te faisait rire les gens qui tentaient de te tuer. Ils avaient l'air de s'acharner contre une coquerelle, alors que dans leur tête ils faisaient des bonnes choses et se prenaient pour des grands. T'étais rien, comme un insecte, mais t'avais toujours une carte dans ta poche pour t'en tirer ou te cacher dans les murs de leur propre maison (et après ça, t'en riais de vivre sous le toit de ceux qui te cherchaient). Puis, quelque chose de lourd dans ton coeur.

"J'en ai marre de tout le temps bouger," t'avouas (même si, était-ce la vérité ?).

C'est là que tu remarquas où t'étais, entre deux nuages de tête. Ange était au-dessus de toi, formait une sorte de carapace et pendant un instant ça te fit même penser que t'étais en sécurité. Mais c'était stupide, con comme un cul, alors tu te contentas seulement de regarder ses cheveux blonds. Ils avaient l'air d'une couronne d'or, et les boucles de pointes pâlies.

"Tu veux déjà me sauter dessus ?," Ange rigola.

T'explosas de rire, sans trop savoir pourquoi. C'était peut-être sa façon de se redresser comme un homme tout fier ou encore la dope qui brûlait tes neurones une par une. C'était peut-être le soleil qui bouffait sa chevelure, son rire qui était contagieux, le bien qui irradiait de lui. Et quand t'arrêtas de rire, rien qu'un moment, tu réalisas que t'avais pas ri pour vrai depuis longtemps, et que c'était juste avec Ange que ça se passait. Une pensée comme ça, sans portée, une pensée volatile de junkie pendant un laps de temps orphelin de repères.

Puis, il y eut que le silence. Toi, lui, la nuit et le jour presque en éclipse. L'air vibrait autour, impatient d'assister au phénomène céleste.

"Peut-être," tu soufflas seulement, un air de défi dans le ton.

C'était ta chanson, ça, t'étais maîtresse dans le jeu. T'avanças lentement, sûrement, ta tête vers la sienne. La soulever du canapé, c'était difficile, parce que l'effort semblait bien plus long et grand durant le trip. Mais ça allait valoir la peine, non ?

Non, Tys. La raison veut pas que tu brises tout ce qui est bon autour de toi.

Ta gueule, responsabilité. Ta gueule, peur. Ta gueule, inconnu.

C'est ainsi que t'embrassas Ange. On dit souvent que certains baisers, ils arrêtent le temps. Eh bien avec la Slow, à cet instant, ça prit dix ans, mille ans, un millions d'années. Tout en douceur, le contact de deux peaux anxieuses dont l'habitude avait laissé place à l'insécurité des premières fois. C'était réapprendre à respirer, découvrir une seconde fois comment marcher. Toutes ces nuits à séduire, à prendre, à te faire prendre, elles perdirent de leur saveur et ta mémoire les mordit.




dors, dors, le mal est passé
'tis not dead what eternal lies, and in strange aeons even death may die (lovecraft, soundtrack) ; ©️alas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 185
Date d'inscription : 12/06/2016
MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Sam 9 Juil - 18:06

par le septième ciel
C’est les voix de la forêt, la rage du feu, le regard brûlant de ton amie, partenaire de malheur, amoureux d’aventures. Vous êtes vous-même, perdus dans un paysage, vous êtes sans visage et presque sans âme, des corps brisés des espoirs tâchés de sang, argent brillant et tâché de sang, les pièces d’or entre vos doigts fragiles, vos mains pâles. Bohémienne assoiffée de sang, qui ne sait pas s’arrêter, qui cours et qui empoisonne l’âme, les délices d’un corps encore jeune, la princesse déchue, et le petit prince, enfant innocent naïf, perdu dans l’immensité d’un monde qu’il ne comprend pas, pour lui tout est normal, un corps usé et une âme brisée, des sourires pourtant, comme si le monde n’était pas aussi horrible n’étaient pas si méchant. Deux cœurs, deux âmes, différences qui rapprochent et paroles dénuées de sens. « Faut bouger pour survivre. » Tu peux pas stagner en plein vol, ce n'est pas possible. Il y a les rires, vous deux, toi au-dessus d’elle, essayant de te grandir, gamin pas assez mature, pas assez grand, pas assez splendide. Les cheveux flamboyants au soleil, un œil tâché de bleu et l’autre tâché d’un ambré clair, t’ont un regard qui tue et qui ne s’oublie sans doute pas. Défi dans la voix, la drogue dans le sang, vous êtes des inadaptés sociaux, définitivement. Elle murmure l’affranchie, elle se rapproche, ses lèvres finissent contre les tiennes, trop doucement, ce baiser il semble duré des milliers d’années et ton cerveau se bloque à ce moment-là. C’est un baiser doux, un baiser chaud, un baiser qui a le goût de slow, c’est sans doute ton premier vrai baiser, peut-être bien que tu l’oublieras pas celui-là, peut-être que ton crâne le planquera pas misérablement. C’est un baiser de deux enfants qui ne connaissent rien à la vie, à bat le passé, pour le coup l’avenir parlé. Ce n'est pas une embrassade qui retourne l’estomac, il n’y a le truc qu’il devrait y avoir, mais c’est plutôt pas mal. « T’es faible, j'savais pas que je te faisais autant d’effet. » Raccourcis de langue, sourcils qui s’arcs, tu ne comprends pas trop, mais t’es trop haut dans le ciel pour vouloir te poser plus de questions. « Tu tentes le diable. » Une main sur sa joue, avec l’autre tu prends appui et tu te redresses complètement, te déplaçant sur le côté pour la laisser respirer. « J’ai envie de vivre. » Envie de vivre comme tu n'as jamais vécu, mais c’est compliqué.
(c) AMIANTE



-Tu seras une galaxie, t'es déjà mon univers. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 130
LE MIROIR : ka xlia ma pe tute
Date d'inscription : 10/06/2016
Age : 21
MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Lun 11 Juil - 2:01

PAR LE SEPTIÈME CIEL

♅ ♃ ♄ ♆ ♇ ☿


Crois-moi, je sais qu'il faut toujours bouger pour pas crever. J'aurai jamais de maison, j'aurai jamais de place à moi et c'est, justement, pour survivre.


T'étais pas fière de toi. Tu le masquas avec ton habituel sourire qui voulait rien dire, en essayant aussi de te convaincre que tout était bon. Mais tu savais ce que c'était un ami, même si ces derniers jours t'en avais presque aucun, et les vrais amis ça s'embrassaient pas comme ça. T'avais rajouté une certaine passion innocente et ça, c'était dangereux.

Mais tes yeux, tes yeux avaient une teinte de deuil.

Traîtres.

T'avais envie d'en avoir plus, et pour ça tu te refroidis. Voie incertaine, voie qui résonnait l'abandon et la perte. Les prunelles dépareillées d'Ange brillaient dans la lumière, et pendant un instant tu te demandas si ça voulait dire qu'il était heureux en ce moment. Pauvre, stupide enfant. La joie comme ça, c'était rien qu'une salope qui le poignarderait dans quelques temps, s'il était chanceux. Sinon, ce soir même la catastrophe frapperait. Mais elle viendrait pas de toi, non ? Pas encore, par pitié.

"T’es faible, j'savais pas que je te faisais autant d’effet."

"C'est ça," tu ricana, "va te faire foutre."

Tu te rapprochas, langoureuse et en contrôle à nouveau.

"Tu l'sais que je changerai pas," tu défias. "J'ai aucune envie de résister à ce qui me fait envie. C'est là que je trouve du pouvoir."

Agace.

"Et quand j'ai envie de quelque chose..."

Tu laissas planer la tension.

La distance, elle était palpable.

Et si, si minuscule.

Puis tu te laissas retomber en riant.

"Je le prends et je l'obtiens."

"Tu tentes le Diable," il te répondit.

Sourire, cette fois-ci, satisfait. Sa main caressa ta joue, et tu retins un frisson. Peut-être que t'avais pas autant de contrôle que tu le désirais.

"J'suis cette fille qui danse avec lui le soir. J'suis celle qui déjoue ses plans."

Il se détacha de votre emprise, laissant l'air s'engouffrer d'un coup dans tes poumons. C'est ce qui te fit réaliser que tu respirais à peine. Étendu à tes côtés, soutenu sur un bras, Ange te donnait l'air plus fort que d'habitude.

T'en profitas pour t'étirer et attraper ton paquet de cigarettes déposé sur la table de salon. Tu lui en proposas une, et attrapas celle qui irait épouser tes lèvres. Un besoin d'effacer ce qui venait de se produire. Une petite flamme muette apparut sur le bout de ton doigt, une flamme plus sombre et rouge que le feu ordinaire. Grande inspiration, la fumée piqua ta gorge, soulagement ultra lent à cause de la drogue.

"J'ai envie de vivre," qu'il dit en te regardant.

Impossible de retenir un rire un peu moqueur.

"Alors t'es déjà condamné. Ces désirs violents ont de violentes fins, ils disent."

Puis, tu t'adoucis.

"Moi aussi. Et je parle pas d'avoir un boulot et d'me marier. Je veux... vivre."

La flamme de ta cigarette était magnifique. Envoûtante, orangée et cachée derrière la cendre. Elle te rappela la couleur souillée du feu que tu faisais apparaître, et une triste pensée te traversa l'esprit.

"Peut-être que c'est moi, le Diable."

HS:
 



dors, dors, le mal est passé
'tis not dead what eternal lies, and in strange aeons even death may die (lovecraft, soundtrack) ; ©️alas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 185
Date d'inscription : 12/06/2016
MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Mar 12 Juil - 15:35

par le septième ciel
Elucubrations de gamins en manque de tout, d’amour, de chance, de probabilités de survie. Des gamins qui cherchent la mort et qui se cassent quand ils sonnent à sa porte. Des vrais gamins. Tu te diras jamais ça Angie, pour toi tout est normal et tout l’a toujours été, pour toi ce sont ceux qui ne se font pas vendre qui sont anormaux, ce sont les riches qui ont un souci. Dans ce village les filles doivent mettre des robes et les garçons n’ont pas le droit d’aimer d’autres garçons parce que c’est un péché. T’aimerais dire que toi tu rentres dans la norme de ça, mais, non, les hommes qui te passent dessus sont des poisons et laissent des marques sur ton corps même si c’est interdit. Puis ya Nephtys qui s’en fiche et qui met des pantalons, qui baise pour avoir de la bouffe ou un endroit pour dormir, ça aussi, pour toi, c’est normal. Alors que tu devrais grandir à l’abri du danger, à l’abri des dangers d’un monde horrible, t’aurais dû grandir comme un arbre et ne pas te faire tuer tout bourgeon. T’es un gamin qui ne sait pas différencier le bien du mal, tu te poses seulement des questions, des « pourquoi » pour mieux comprendre le monde dans lequel tu vis sans vraiment vouloir qu’aient e dise que c’est bien ou mal. Se prostituer c’est mal, c’est les gens de mauvaises vies, mais, pour toi, c’est normal, t’as été élevé en acceptant de te faire toucher, dans la douleur du coup t’oublie et tu te laisses aller à la douleur comme si ce n’était pas un sentiment désagréable. Faudrait que t’apprennes, que tu grandisses bien, que tu grandisses comme il était convenu que tu le fasses avant que tu ne sois abandonné dans ton berceau, avant que tu sois un garçon perdu, avant ton kidnapping. Rien n’est bien ni mauvais en soi au fond, ça dépend juste de comment est la personne au plus profond d’elle, non ? Le serpent n’est pas méchant, il fait ce qu’il pense juste, il agit comme il est censé agir, il est lui-même et au fond c’est beau, c’est la même chose pour Nephtys, son caractère et le sien, elle ne changera pas, rien n’est bon, ni mauvais, c’est tout. Nephtys c’est le diable, c’est l’enfanté maudite, mais elle assume complètement. « T'es pas l'diable Tys, t’es son gosse. » La tête remplie d’étoiles et les pupilles qui finiront par redevenir normales. « Je n'ai jamais compris à quoi ça servait de se marier. » Froncement de sourcil, c’est vrai que c’est une institution importante, mais le fait de ce marié et d’avoir des enfants ce n’est pas un rêve. « Ça doit être chiant. Un peu. D’Être coincé dans un truc que tu ne veux pas vraiment. » Une rêverie de gamin que de vouloir échapper à tout ça.
(c) AMIANTE



-Tu seras une galaxie, t'es déjà mon univers. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 130
LE MIROIR : ka xlia ma pe tute
Date d'inscription : 10/06/2016
Age : 21
MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   Jeu 21 Juil - 5:33

PAR LE SEPTIÈME CIEL

♅ ♃ ♄ ♆ ♇ ☿

Boom.

Deuxième vague de drogue. Tu fus incapable de la retenir, chaque particule de ton corps se dressa vers les étoiles et leur fit la cour. Ton cerveau était tout engourdi et ça faisait brouiller ta vision encore plus, mais t'aimais ça hein ? T'aimais le rush que ça te donnait, t'aimais perdre le contrôle, t'aimais te retrouver un pied dans la tombe et l'autre sur le point de sauter. Ça faisait palpiter ton cœur et brûler tes veines.

Du feu et du sang.

Tu te retournas, assommée, vers le beau visage d'un Ange aux ailes d'or. Y'avait tellement de beauté dans la même pièce qu'à cet instant, défoncée jusqu'au cul, t'étais certaine qu'un espion non-invité se brûlerait les yeux et se noierait dans le désir. Les couleurs recommencèrent à se faire l'amour, toutes brouillées autour de toi et incapable de faire le focus. Tu pris une profonde bouffée de tabac, bercée dans ton nuage de faux bonheur. C'était la plus proche définition de ce sentiment que t'essayais de simuler depuis que t'avais sécaté ta mère en deux et braillé ta première respiration.

"Mais si tu le veux vraiment ?," tu proposas, sérieusement prise par la vague toxique.

Malgré ton état, tu réalisas que tu manquais de précision.

"Dans un monde parfait, avec une personne qui te laisse voir ailleurs parce qu'elle te fait confiance, ce serait bien, non ?"

Tu ricanas.

"J'dis ça pour parler. J'pense même pas être capable d'aimer."

T'es pas le Diable, Nephtys, t'es son gosse.

T'avais pas de père. T'étais sombre à l'intérieur, là dans tes tripes. Ça faisait du sens, et tu te sentis le besoin de te signer fébrilement. Désolée parce que j'suis pas parfaite, Seigneur.

"Pralla, toi, t'es capable ? Y'a des gens qui te font les choses que les connasses de princesses racontent ?"

Spoiler:
 



dors, dors, le mal est passé
'tis not dead what eternal lies, and in strange aeons even death may die (lovecraft, soundtrack) ; ©️alas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: par le septième ciel ― (ange & nephtys)   

Revenir en haut Aller en bas
 
par le septième ciel ― (ange & nephtys)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le septième ciel, six pieds sous terre; Jules&Harper
» CIEL
» aide pour un AE mono energie ciel
» Campagne "Le trésor venu du ciel" (Version 8 de Warhammer)
» Un "ange" à la couronne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Comptines Assassines :: Le village Marchen :: Ouest. L'éloge de la folie :: La route des cartes-
Sauter vers: