AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Messages : 37
LE MIROIR :
Date d'inscription : 18/06/2016
MessageSujet: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Sam 18 Juin - 13:44



FELIZIA MEYERFIELD

Citation comme l'envie t'en dis.



nom : Meyerfield, un nom qu'elle porte avec fierté, un nom qui lui rappelle sans cesse d'où elle vient et ce qu'elle pourrait devenir.  ▲  prénom : Felizia, si proche de la félicité et pourtant si éloigné, peut-être lui avait-on promisle bonheur, mais depuis que l'enfance a pris le large Felizia ne connaît plus la félicité.  ▲  âge et date de naissance : 17 ans, jeune fleur à l'aube de l'âge, soumise aux violences d'une transition incertaine. Née le 14 février 1999, une date étrange, fête des amoureux, souvenirs d'une nuit où les prostitués pouvaient être chassées et massacrées.   ▲  ton conte :Le petit chaperon rouge - http://avea.net/utopie/Analyse%20du%20petit%20chaperon%20rouge.htm - Felizia est l'enfant qui portait le chaperon, celle qui découvre le loup tapis au fond du bois, celle qu devient l'adulte.   ▲ statut civil : Célibataire mais épouse de tout les hommes qui le souhaitent, amante ingénue, vierge effarouchée mais pourtant maîtresse torride. ▲  orientation sexuelle : Indéfinies voir inconnue, elle se cherche, elle erre et est toujours à la recherche de l'instant animal qui la forcera à faire un choix. ▲  metier : Prostituée, fille de joie, gourgandine ou encore putain, les mots sont foisons pour désigner sa profession.  ▲  Quel est ton conte ? : Le petit chaperon rouge, pas celui de Perrault ou de Grimm, non celui qu'on contait au coin d'un feu du bout des lèvres trop effrayé pour raconter les méandres des événements incertains qui y jaillissent.  ▲  situation familiale : Fille d'une mère un peu absente, d'une grand-mère trop étrange, un peu seule dans une famille qui la sublime mais qui jamais ne s'en soucis.▲ traits de caractère : Ingénue ♣️ Douce ♣️ Froide ♣️ Délicate ♣️ Timide ♣️ Sensuelle ♣️ Enfantine ♣️ Candide ♣️ Effrontée ▲  groupe : Vivant comme le désir ▲  crédits : votre réponse ici  votre réponse ici

Quel est ton pouvoir ? Envoûtement, un envoûtement charnel qui naît en un regard, un  envoûtement que la pauvre Felizia ne parvient pas à contrôler et qui fait tomber à ses pieds hommes et femmes, qui vont jusque la prier de leur offrir un tout petit peu d'elle.  

Des manies, des obsessions, des habitudes... Pour qu'on puisse le connaitre un peu plus ton personnage !Flâner • Felizia aime se perdre dans les bois, vagabonder sur les chemins pour humer quelques fleurs et les glisser dans ses cheveux, elle aime voir le soleil qui se pâme de reflets mordorés lorsque tombe le crépuscule. Cela lui a joué des tours par le passé, mais pourtant elle ne cessera pas de se promener au fond des bois.
Baiser • Le baiser que l'on touche, le baiser sur une bouche, se faire baiser brutalement. Felizia ne connaît pas l'amour, elle ne connaît que le sexe, comme une force brute qui l'arrache à l'enfance, elle baise chaque instant dans la vie, accroupie dans un lit ou les lèvres posées sur les mains du destin.
Porter • Le petit chaperon rouge, vêtement pourpre que lui a offert un jour sa mère pour errer dans les bois, vêtement cramoisi que jamais elle ne quitte.
Effrayer • Terroriser par un monde nouveau qui s'ouvre à elle, par l'enfance qui chaque jour ne cesse de lui échapper. Apeurer par les loups qui se traînent jusque sa couche et lui quémande de se dévêtir, paralyser à l'idée d'apprendre que chaque chemin n'est pas couvert de fleurs et qu'une route peut se montrer des plus dangereuses.  














Ici c'est la partie hors rp, on aimerait plus en savoir sur toi, ce que tu aimes, d'où tu viens... Comment tu as connu le forum et ta fréquence de connection aussi.Moi c'est Cléalia, j'ai 22 ans je fais des études afin d'être professeur des écoles et je suis une immense passionnée d'écriture et de synonymes. J'ai découvert le forum via un groupe fb, c'est d'ailleurs le seul forum rpg sur lequel je compote m'inscrire, mes occupations geek me prenant énormément de temps. Je suis rôliste papier, cosplayeuse, gameuse.....une longue liste que je continue encore d'étoffer. J'ai un petit brin de folie et j'apprécie toujours les discussions.   .









Dernière édition par Felizia Meyerfield le Lun 20 Juin - 8:42, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 37
LE MIROIR :
Date d'inscription : 18/06/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Sam 18 Juin - 13:48



Promenons-nous dans les bois

Mais, hélas qui ne sait que ces loups doucereux.De tous les loups sont les plus dangereux-'




Les années s'écoulaient et Felizia grandissait, ses petits yeux bleus étaient devenus deux immenses billes dans lesquelles se reflétait le monde, ses cheveux de blé était venu s'enrouler le long de ses hanches et des formes arrondies et douces avaient métamorphosés son corps de jeune enfant. Les escapades nocturnes se faisaient plus fréquentes et à la nuit venu, la jeune femme courait nue pied au cœur des bois, un chaperon de sang visé sur les épaules. Sous la voûte céleste, dans les bras de la forêt, elle venait chaque soir rencontré un jeune homme. Il était beau, il était grand, ses mots n'avaient cesse d'être des compliments. Il s'enlaçait, s'embrassait, mais lorsque les hululements cessaient, lorsque le jour venait chasser la nuit, il fuyait, disparaissait au fond du bois, laissant le petit chaperon rouge, seule, envoutée par des baisers.

Une matinée, alors que sa mère avait fait chauffer quelques galettes au four, Felizia demanda à sa mère si elle pouvait en apporter à sa grand-mère chérie. La vieille femme vivait de l'autre côté du bois et l'adolescente avait bonne espoir de croiser son amour au détour du chemin. Dans un panier d'osier la jeune femme déposa la galette de beurre ainsi qu'une boisson chaude, elle s'habilla de son chaperon rouge et quitta la maison, le sourire sur les lèvres, une chanson dans la tête. Le soleil brillait et les oiseaux chantaient, des dizaines de fleurs : rouges, bleues, jaunes et roses, habillaient le chemin. Felizia flânait, elle s'arrêtait un instant, cueillait quelques pétales, puis repartait en chantonnant. Au détour du chemin, alors que le sentier se séparait en deux nouvelles voies, Felizia hésita, elle savait que tout deux menait chez sa mère grand, mais elle ne se rappelait plus lequel était le plus rapide. Alors qu'elle tentait de discipliner ses souvenirs, il apparu, à côté d'elle, sorti tout droit de l'obscurité des arbres. Il était sublime avec ses yeux verts d'eau et son sourire si blanc.

- Ma douce Felizia, que fais-tu ce matin au creux des bois ?
- J'allais porter à ma grand-mère un peu de galette et une boisson chaude, la pauvre femme n'est plus en forme. Malheureusement je ne me souviens plus quel chemin prendre, l'un est sinueux tandis que l'autre me mènera tout droit chez elle.
- Prend le chemin de droite, il est bien plus rapide.

Il déposa un baiser sur ses lèvres avant que Felizia ne s'enfonce sur le chemin qui lui avait indiqué. La route était longue, sinueuse et un peu sombre, mais l'adolescente n'en avait que faire, elle était guillerette heureuse d'avoir croisé celui qui animait son cœur. Quand elle arriva chez sa mère-grand, le soleil était déjà au plus haut de sa course, une douce chaleur envahissait l'atmosphère. La porte était close, comme souvent d'ailleurs, mais Felizia était venu tant de fois qu'elle connaissait bien les paroles de la vielle femme : tire la chevillette et la bobinette cherra ! Le chaperon poussa la porte, la pièce était plongé dans l'obscurité et elle distinguait la maigre silhouette de son aïeul enfoui sous un amas de couverture.

- Prends donc un peu de vin mon enfant, et un petit bout de viande, tout ce chemin à dut te fatiguée.

La voix de la grand-mère était bien rauque, malgré cela Felizia ne se méfia pas, elle englouti le vin, il était tiède, épais et âcre, elle avala un bout de viande, elle était chaude, juteuse et douce.

- Déshabille-toi donc ma petite et vient te coucher avec ta vielle grand-mère

Le chaperon laissa tomber sa cape au sol, sa robe, son corsage et sa culotte lui firent bien vite suite. Felizia était douce, candide, incapable de distinguer quand le mal venait frapper à sa porte. L'enfant se glissa dans le lit et rapidement des mains vinrent s'agripper à sa chaire nue. Dissimulé sous les draps elle ne trouva que son amour qui l'empoignait, la forçait, voulait prendre tout son corps. Felizia se débattait, le sang de sa grand-mère encore au coin des lèvres, il léchait le sang, il léchait la peau, il s'enivrait du corps de la jeune fille.

Felizia errait dans les rues, le corps meurtri par les coups, devant l'hermine et le renard, elle hésitait. Le chaperon n'avait pas voulu rentrer à la maison, honteuse d'avoir subi, plus honteuse encore de s'être laissé avoir. Nue, sa cape comme seule vêtement, elle pénétra dans la taverne. Sous les lueurs des bougies sa peau d'albâtre luisait, la courbe délicate des ses seins, son ventre opalin et sa féminité aucunement dissimulée. Felizia attirait les convoitises, déjà les hommes se bousculait pour une minute avec elle. La maîtresse des lieux n'étaient pas dupe, l'enfant était perdue, elle lui offrirait une maison.



Dernière édition par Felizia Meyerfield le Lun 20 Juin - 9:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 53
LE MIROIR :
Date d'inscription : 11/05/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Sam 18 Juin - 16:24

ELLE FANNING. depuis que j'ai vu the neon demon, je ne suis qu'amour pour la nymphette et tu en fais le petit chaperon rouge, mademoiselle qui aime rencontrer des loups bienvenue



You’re going to a very dangerous place, so be careful. The thing that slumbers there, it’s not human. You will see a sumptuous banquet, but don’t eat or drink anything. Your life depends on it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 189
LE MIROIR :
Date d'inscription : 30/05/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Sam 18 Juin - 18:53

Pourquoi il n'y a rien dans cette fiche !? Je suis tristesse, j'ai fais exprès de ne pas poster tout de suite parce qu'une fiche vide je suis pas d'accord surtout avec des choix pareils qui sont juste merveilleux. Le petit chaperon rouge c'est mon conte préféré et Elle est mon actrice préférée alors franchement tu pouvais pas faire mieux Je veux lire des choses maintenant
Bienvenue chez toi


♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️ ♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Car ces jeunes beautés sont l'incarnation même des nymphes de Jadis, des authentiques divinités sylvestres et champêtres du printemps nouveau, qu'hélas les phtisiques préraphaélites ont par trop désincarnées, ailées, éthérées jusqu'à l'abstraction..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 37
LE MIROIR :
Date d'inscription : 18/06/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Sam 18 Juin - 21:10

Merci à vous deux. J'ai commencé à raconter des petites choses, mais je cherche comment poser mes mots pour rendre le tout joli
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 86
LE MIROIR : mad as a hatter.
Date d'inscription : 17/06/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Sam 18 Juin - 21:26

Le chaperon rouge.... avec Elle. Je reste sans voix devant ces choix de folie.

Bienvenue parmi nous !



Il était grilheure ; les slictueux toves sur l’alloinde gyraient et vriblaient. Tout flivoreux étaient les borogoves. Les vergons fourgus bourniflaient Prends garde au Jabberwock, mon fils ! A sa gueule qui mord, à ses griffes qui happent ! — Lewis Carroll.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 189
LE MIROIR :
Date d'inscription : 30/05/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Sam 18 Juin - 22:23

J'adore ce que je lis de ta fiche (faut pas se mettre la pression jamais )
Et le lien que tu donnes pour l'explication Déjà que ce conte me fascinant mais là il me fascine encore plus et ce que tu en fais c'est une merveille


♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️ ♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Car ces jeunes beautés sont l'incarnation même des nymphes de Jadis, des authentiques divinités sylvestres et champêtres du printemps nouveau, qu'hélas les phtisiques préraphaélites ont par trop désincarnées, ailées, éthérées jusqu'à l'abstraction..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 37
LE MIROIR :
Date d'inscription : 18/06/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Dim 19 Juin - 19:28

Merci beaucoup =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 155
LE MIROIR :
Date d'inscription : 01/06/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Lun 20 Juin - 10:16



Validé tu es

Bienvenue à la maison



Cette histoire Au début c'est tout beau et la fin ça percute tellement c'est bien foutu, tu n'en dis pas trop mais en même temps c'est totalement suffisant pour comprendre le personnage, on a juste envie de lui dire qu'il y a d'autre chemin que celui de la prostitution à ce joli chaperon T'as gardé toute l'essence du conte aussi et c'est beau vraiment, je suis ravie de te valider

Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes du Village, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pense à faire un détour par la LE REGISTRE DES PERSONNAGES. Tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres villageois. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



dear delights

She loved the moors. Flowers brighter than the rose bloomed in the blackest of the heath for her; out of a sullen hollow in a livid hillside her mind could make an Eden.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Messages : 37
LE MIROIR :
Date d'inscription : 18/06/2016
MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   Lun 20 Juin - 11:10

Merci tout plein, pour les commentaires et la validation. J'ai essayé de rester au plus proche du conte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Felizia - Grandir c'est parfois un peu mourir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Hors-sujet] Avez-vous déjà faillit mourir ?
» Aidez moi à mourir...
» un lien à mourir de rire
» [Blog] Vultraz: La série à mourir de rire
» À mourir de rire!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Comptines Assassines :: Des personnages :: Les princes et les princesses :: Ils vécurent heureux-
Sauter vers: